James Osmont: Un auto-édité en plein essor

On ouvre le blog avec un auto-édité, James Osmont. Zoom sur cet auteur aux multiples casquettes:

petit-questionnaire-proust-pose-james-osmont-T-u_ZxoT

 

James Osmont est un  Brestois de 33 ans et soignant en hôpital psychiatrique depuis une dizaine d’années. Mais pas que! il est aussi photographe ( retrouver sa page facebook ICI) et bien évidement, auteur!

Et, voici son tout premier roman, REGIS

couv-osmont-regis-developpe

Avec ce tout premier roman, James Osmont nous touche. Oui, REGIS, au delà de son personnage fictif nous touche, nous bouscule, nous émeut. Dans un huit clos psychologique, James Osmont nous embarque au plus profond de REGIS. On partage ses angoisses, ses peurs, ses pulsions…. Sa demi conscience parfois, endolori de substances chimiques. James n’a nullement besoin de nous décrire le paysage, d’approfondir ses descriptions de ce qui entoure REGIS, car REGIS le fait très bien tout seul, juste avec lui même. L’ambiance est oppressante, angoissante et remplie d’empathie.

REGIS c’est aussi la musique qui rempli sa tête Grace à son MP3. Des références musicales, indissociables du roman lui même que JAMES nous fait découvrir par des références traduites et ciblées que vous pouvez retrouver dans une playliste complète( REGIS BANDE SON) et qu’il faut impérativement écouter au fil du roman.

Vous aurez donc compris que REGIS à ravis ma curiosité et conquis mon coeur! ….. D’ailleurs, James nous offrira d’ici à la fin 2016 le deuxième tome de REGIS, qui s’intitulera SANDRINE …. Un personnage récurent du roman, dont je ne souhaite vous parler ici, bah oui, à vous de découvrir ce roman….Fabuleusement sombre!

13700049_535526206641032_2107383425219114650_nUn tome 2 pour la fin de l’année ?…

« Les sentiers tortueux font apprécier les lignes droites. Mais sur la route de Sandrine, désormais aucun répit. Les nids-de-poule succèdent aux chaos. Depuis trop longtemps le voyage est solitaire, les virages serrés et les rencontres dangereuses sur le bas-côté. Égarée dans les labyrinthes de la dépression, abandonnée de tous, elle ne se doute pas qu’au détour d’un chemin, dans les impasses sombres et les recoins souillés, se terrent d’autres forces hostiles. De celles qui commandent aux aiguillages de l’existence. Encore une fois, le Mal l’attend au tournant… » James Osmont

 

Publicités